Démission de Badra Koné : Sidya Touré victime de son égo démesuré ?

0
38201

La demission de Badra Koné, l’ex secretaire national de la jeunesse de l’Ufr a jetté l’éponge, le mardi 2 juin 2020. Un veritable coup dur pour la 3eme plus grande formation politique qui n’a pas été capable de régler les differends à l’interne alors qu’il pretend dans un futur proche géré les destinées de la Guinée.

Sur le fait, l’opinion se demande si ce n’est une malediction pour Sydia Touré qui, ces dix dernières années a perdu plus de cadres que n’importe quelle formation politique.
De Rougui Barry à ousmane kaba en passant par Makale Traoré honorable ibrahima Deen Touré son ancien President du groupe parlementaire (les républicains) et autres . Ces successions de demissions en cascades ne sont pas un fruit du hasard, mais en verité le comportement du leader du parti en l’occurence de M. sidya Touré.
Dans les coulisses, la plupart de ces cadres condamnent l’ego du President du parti de l’ufr vis à vis de ses collaborateurs directs . Même le militant lamda affirme que M. Touré est tout sauf social.
La sortie mediatique du jeune Badra Koné sur espace FM ce matin, est l’expression de la fragilité politique , on évoque l’abandon de celui-ci pendant plusieurs semaines à la maison centrale de conakry sans aucune compassion des siens. Cet état de fait du President du parti vis à vis de son ex numéro1 de la jeunesse est cerné par une bonne partie de l’opinion comme un acte de trahision majeure à l’encontre de celui ci. Ce dernier avait rappelé la dernière tentative de visite de M.sidya Touré à un allié politique Faya millimono du parti BL à la maison centrale lors de son interpellation .
Aussi, la bonne question que bons nombres d’observateurs se posent, c’est pourquoi le parti perd assez de cadres en évocant les mêmes raisons, car la liste ne fait que s’allonger ?
Face à cette situation chaotique qui risque de faire disparaitre ce parti qui souffre sur le terrain politique, car le score des dernières élections communales en dit long sur la déliquescence du parti sur les 38 communes urbaines, seule matam est sous commande du parti grâce à une alliance politique avec le parti au pouvoir alors qu’en 2010, l’ufr était première dans cette commune qui constitue son fief électoral. La perte de l’ufr à Boffa, battu par un candidat independant aux elections communales en est une parfaite illustration de sa mort lente et douloureuse.Les resultats du parti en basse Guinée des dix dernières années sont catastrophiques . C’est pourquoi, il est urgent de sauver ce parti par l’arrogance et l’esprit de suffisance de son leader politique.

Aussi, cette démission de son ex numero 1 de la jeunesse doit être une grande léçon politique pour corriger les erreurs du passé.

Nous y reviendrons.

leprojecteurguinee.com

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here