Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, élu à 58,13% des voix au 1er tour de la présidentielle le 12 décembre, prend ses fonctions ce jeudi pour un mandat de cinq ans. Il prête serment  lors d’une cérémonie publique à Alger.

Abdelmadjid Tebboune, 74 ans, entre en fonction, jeudi 19 décembre. Elu à 58,13 % des voix au premier tour du scrutin, selon les résultats définitifs proclamés lundi lors d’une élection présidentielle fortement contestée, il prête serment à Alger.

La Constitution prévoit que « le président de la République prête serment devant le Peuple et en présence de toutes les hautes instances de la Nation, dans la semaine qui suit son élection ». « Il entre en fonction aussitôt après sa prestation de serment », poursuit le texte.

Abdelmadjid Tebboune succéde à Abdelaziz Bouteflika, contraint à la démission en avril, après 20 ans à la tête de l’État, par le « Hirak« , mouvement de contestation populaire massif du régime. Ce « Hirak », qui agite l’Algérie depuis le 22 février, rejetait l’organisation du moindre scrutin par le « système » au pouvoir depuis l’indépendance du pays en 1962, dont il réclame le démantèlement et le remplacement par des institutions de transition.

Au lendemain de son élection, Abdelmadjid Tebboune a « tendu la main au Hirak » et lui a proposé un « dialogue afin de bâtir une Algérie nouvelle », pour mettre fin à la crise politique en Algérie. Mais dès vendredi, et une nouvelle fois mardi, une foule nombreuse a conspué le chef de l’Etat fraîchement élu, réaffirmant que le « Hirak » se poursuivrait.

Avec AFP