Après les opérations déguerpissement lancé par le gouvernement guinéen les victimes ne se décolèrent toujours pas. C’est dans une déclaration rendu public ce lundi que le collectif des victimes de Kaporo-Rails, Kipé 2 et Dimesse informe l’opinion nationale et internationale qu’il a décidé de porter plainte le 3 juin 2019 contre l’Etat guinéen auprès de la cour de justice de la CEDEA0. Selon lui, la plainte a été enregistrée par le greffe de ladite cour.

Dans la même logique, le collectif a rappelé qu’une notification a été envoyée aux autorités guinéennes qui ont un délai de 15 jours pour qu’elles apportent leurs observations écrites sur la demande de mesures provisoires. « Passé ce délai, les victimes seront entendues et la cour n’exclue pas de rendre un arrêt par défaut », déclare-t-il.

Par ailleurs, la cour a convoqué l’audience sur la demande d’injonction pour le 27 Juin 2019 à Abuja, au Nigéria. « Déjà, la vidéo de la rencontre entre le ministre de la ville et des investisseurs guinéens sur le bail de nos domaines, est dans les mains des juges », ajoute-t-il.

Il a mis enfin en garde tous ceux et toutes celles qui cherchent à s’installer sur nos domaines. « Comme on l’a dit précédemment, investir sur les ruines de Kaporo-Rails, Kipé 2 et Dimesse, c’est s’engager dans une longue et coûteuse procédure judiciaire qu’il faut éviter à tout prix ».

Aboubacar Camara

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here