Pour éviter la propagation de la pandémie, coronavirus en Guinée, la coordination de l’ONG alerte citoyenne a procédé à la remise des kits sanitaires au commissariat de la police routière d’Enta. La cérémonie s’est déroulée ce samedi 4 avril 2020 dans l’enceinte dudit commissariat dans la commune de Matoto.

Ce don est composé des kits sanitaires de 100 litres, de 20 litres, de savons et des bavettes et le coût total est en hauteur de 7 millions de francs guinéens.

Dans sa communication , Mohamed Lamine Sylla, membre de la coordination de l’ONG alerte citoyenne a rappelé que cette structure opère notamment dans le domaine de l’éducation , de la citoyenneté et surtout la santé « a l’instar des autres nations de la planète, notre pays est durement frappé par cette pandémie, coronavirus qui a fait son apparition en chine et qui a pris aujourd’hui tout le monde entier. Face à cette situation désastreuse, la nation attend de chaque citoyen qu’il apporte sa part de contribution afin d’éradiquer cette pandémie. C’est ainsi que notre ONG a pensé à apporter sa part de contribution. Aujourd’hui, nous assistons à la remise officiel des kits sanitaire ».

Selon lui, cette remise s’inscrit dans le cadre d’une campagne de distribution que l’organisation a lancé récemment. « Bien avant le jour d’aujourd’hui, on avait distribué les mêmes kits dans certaines mosquées et églises avant la mesure de fermeture. On a également procédé à l’installation des kits dans certains marchés de la capitale. Aujourd’hui, nous avons mis le curseur sur la police routière. C’est une entité de la sécurité qui abat un travail vraiment gigantesques, et il se trouve que les différents agents sont directement en contact avec la population, ce qui provoque une certaines vulnérabilités à leur niveau, c’est a ce titre que la coordination de l’ONG alerte citoyenne a décidé de pensé à cette entité ».

Il a enfin compte multiplier ces genres d’actions dans les différentes préfectures du pays dans les jours à venir. « C’est une première, et nous allons multiplier ces genres d’actions dans d’autres unités de la police routière à travers la ville et à l’intérieur du pays »

De son côté, commissaire Soropogui Pepe Bernard, adjoint à la routière d’Enta a rappelé que toute personne, tout organisme qui concours à préserver la vie humaine est à remercier. « Nous remercions l’ONG qui nous assiste et qui a pensé que la police routière est en contact direct avec la population. Le don qu’on a, sera assimilé et placé aux endroits indiqués à la satisfaction de la police et même les riverains qui y passent. Donc, nous sommes très contents et cette lutte c’est pour l’ensemble et nous sommes déjà témoin de ce qui se passe a ailleurs et il faut que nous nous bâtons pour ne pas que ça gagne le terrain chez nous », rassure-t-il.

Aboubacar  Camara