82.38 % Des Candidats Ont Échoué À L’examen Élémentaire, Le Délitement Ou La Faillite Collective D’un Système Éducatif (Par Sonny Camara)

    0
    56

    Les résultats des examens de fin d’études élémentaires session 2022 ont été publiés hier par les autorités de l’éducation. Sur 251.149 candidats ayant composé, seulement 44.249, soit 17.62 % des candidats ont décroché le fameux sésame. Avec ce résultat, l’on a assisté à une faillite collective jamais enregistrée à ce niveau d’examen.

    Alors après cet échec global, la question que l’on se pose est la suivante: Comment expliquer ce taux d’échec très élevé ? pour répondre à cette question, l’on peut avancer plusieurs hypothèses.
    Selon les spécialistes de l’éducation, pour expliquer la réussite de l’enfant à l’école, dans bien des cas, deux tendances se confrontent. d’un côté les externalistes et de l’autre côté les internalistes.
    Pour les internalistes, la réussite de l’enfant à l’école dépend des facteurs internes à celle-ci, tels que: la qualité de l’enseignement, le contenu du programme et surtout la qualité du système, c’est à dire le niveau des formateurs. Ici, l’on estime que c’est à l’école de donner les fondamentaux à l’enfant lui permettant d’avoir de solides bases. C’est pourquoi, elle reste pour cette catégorie de chercheurs comme étant le facteur déterminant pour la réussite de l’enfant.

    Pour les externalistes, la réussite de l’enfant dépend des facteurs externes à l’école. Cette théorie met en relief l’apport des parents dans la scolarisation de l’enfant. Selon elle, l’école est comme un guide qui permet à l’enfant d’avoir les fondamentaux. Cependant, il revient aux parents de suivre les enfants à la maison afin de consolider les acquis appris à l’école.Toutefois, en plus de ces deux tendances, une troisième catégorie de chercheurs pensent que la réussite de l’enfant dépend de l’interaction entre le milieu scolaire et la cellule familiale. Pour cette catégorie, la synthèse de ces deux permet non seulement à l’enfant d’avoir les fondamentaux à l’école, mais aussi d’ être mieux suivi à la maison.Mais s’il est vrai que l’on peut pointer du doigt le rôle des parents dans la réussite de l’enfant, force est de signaler que le rôle principal revient au système éducatif mis en place par l’école. C’est ce qui permet à l’enfant d’avoir de solides bases dans sa scolarisation. En ce sens, l’école doit mettre en place des mécanismes poussant les parents à mieux s’impliquer dans l’éducation de leurs enfants.Par ailleurs, on dit souvent que l’éducation est le poumon de toute société, car, elle donne une orientation pour le futur en fonction des besoins sociétaux. Dans cette éducation, l’école doit être l’élément principal pour mieux former les générations futures, donc, une sorte de moule dans lequel l’état met ses enfants afin de leur donner une certaine forme ou formation et d’en faire de braves citoyens. Autrement dit, elle est le reflet de la société et de son évolution. selon Jules Ferry « c’est de l’instruction que n’ait la grandeur des nations »Somme toute, quand l’échec dépasse les 50%, il est certain que le principal responsable reste l’école. C’est pourquoi l’on parle du délitement du système éducatif. Il serait temps que les gouvernants tirent les leçons de cette faillite collective pour mieux préparer les années à venir. Le chemin est encore long, mais avec la volonté rien n’est impossible. Il serait temps de sauver l’école guinéenne.

    Par Sonny Camara Administrateur général du site Guinée Nondi

    Facebook Comments Box

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here