AG DE L’UFDG : Fodé Oussou Fofana : « le bilan d’Alpha Condé depuis 2010 qui est négatif »

0
417

Le samedi 05 janvier 2019, à l’absence d’El Hadj Cellou Dalein Diallo, en séjour dans le Fouta, c’est Dr Fodé Oussou Fofana qui a Présidé l’assemblée générale hebdomadaire de l’UFDG a son siège à la minière. Pour cette première assemblée de 2019,  le vice-président du principal parti d’opposition du pays a dressé un bilan globalement négatif de la gouvernance d’Alpha Condé en 2018.

Le proche collaborateur de Cellou Dalein Diallo, a tout d’abord dit ceci :

« Je n’ai pas envie de parler du bilan de monsieur Alpha Condé. On ne parle de bilan que quand il y a de bilan. Quand le bilan se résume à des promesses, on ne parle pas de ça. Monsieur Alpha Condé a tenu tellement de promesses que c’est difficile d’en parler. Il a dit qu’il va construire un pont à Forécariah, il va faire du cube maggi, un étudiant une tablette, un tailleur une machine, il va faire une route Conakry Bamako, il va faire une usine de montage de véhicules, une usine de tracteurs, usine de pomme de terre. Partout où il va, il tient des promesses à l’égard des vieux, des jeunes, des femmes. Donc tout son bilan se résume à des promesses », estime l’opposant.

Au-delà même de l’année 2018, Fodé Oussou Fofana estime que c’est le bilan d’Alpha Condé depuis 2010 qui est négatif. Même sur le plan énergétique où le régime actuel a investi beaucoup d’argent, Fodé Oussou Fofana n’est pas convaincu. « L’interconnexion de Kaléta, c’est de Conakry jusqu’à Labé. Mais croyez-moi, au mois de mars il n’y aura pas d’électricité en Guinée. Parce que ces 240 MW ne peuvent pas suffire. Et c’est triste quand quelqu’un dit qu’Alpha Condé est rentré dans l’histoire de la Guinée comme étant celui qui a électrifié la Guinée. Moi, ça me fait pitié », a-t-il dit.

Parlant de la crise qui sévit au niveau de l’éducation, il lance un appel aux militants de l’UFDG soutenir les enseignants grévistes.

« Comment est-ce qu’on peut croiser les bras avec un gouvernement arrogant. Qu’est-ce que nous attendons? Le problème de l’éducation, ce n’est pas le problème de Cellou Dalein, de l’UFDG, c’est le problème de l’ensemble des Guinéens. En tant que père de famille, levons-nous, on ne peut pas accepter l’inacceptable, trop c’est trop ! Je vous demande à tout le monde de rejoindre les enseignants, de l’aéroport où ça commence jusqu’à Kaloum, en tant que citoyen », a-t-il lancé le vice-président.

Aboubacar Pastoria Camara

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here