Congrès FGF : Comment Diouldé Diallo, agent de joueur, tente d’invalider KPC

0
59

En voulant coûte que coûte faire invalider la candidature d’Aboubacar Touré alias Boubatri, unique candidat, après le retrait d’Antonio Souaré pour contrainte juridique de la FIFA, la commission électorale a ouvert inconsciemment une brèche pour les règlements de comptes.

Et depuis les Guinéens ne savent pas faire la différence entre un club qui est une personne morale et un dirigeant, peu importe ses charges, qui est une personne physique. La preuve, la toile est agitée par une éventuelle invalidation de la candidature de Kerfala Personne Camara alias KPC pour une supposée sanction de son club, Hafia FC, par la FIFA.

Il se susurre qu’une menace – pour extrapoler, les langues fourchues qualifient même de  très sérieuse – pèserait sur  le Président du Hafia FC pour violation du code d’éthique de la fédération Guinéenne de football en 2019 ».

Le Hafia FC ne perd pas de temps pour dénicher qui est derrière cette manigance. Ibrahima Diouldé Diallo, agent de joueurs, est cité à maintes reprises par les dirigeants.

Pour l’histoire…

Un scénario rocambolesque d’un vrai metteur en scène. Ibrahima Diouldé Diallo, escroc de première classe dans la peau d’un agent de joueurs, a eu le privilège de placer environ six joueurs au Hafia FC alors que le club se préparait pour la campagne africaine en 2019.

Parmi cette colonie de joueurs, la direction du club des Vert et blanc a souhaité arrêter avec Abdoulaye Koné – qui était limite et âgé- après trois mois de collaboration.

Le joueur en provenance de l’Union Sportive des Club de Bassam était lié au club de Babata par un contrat de 2 ans. Trouvant, la faille en sa faveur, le représentant du joueur qui considère cette démarche comme une entrave au respect des clauses du contrat a décidé de saisir la FIFA. Parce qu’ « il n’y a pas eu d’arrangement à l’amiable », à l’en croire.

L’instance faitière du football mondial exigerait aux Vert et blanc, personne morale, et non à KPC, personne physique, à payer 30 mille euros pour réparer les dommages et intérêts.

Ce qu’on ne dit pas par contre, la FIFA a intimé l’ordre à Hafia FC de payer ce montant au risque de ne pas recruter lors des deux prochaines saisons.

Sur la trace du virement

Facebook Comments Box

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here