Coronavirus : deux hôtels démolis au Nigeria “pour violation des règles” liées au confinement

0
156

Les autorités de l’État de Rivers, dans le sud du Nigeria, riche en pétrole, ont démoli deux hôtels en raison d’une présumée violation des règles liées au confinement destinées à contenir la propagation du coronavirus.

Le gouverneur de l’État, Nyesom Wike, qui a supervisé la démolition de l’hôtel Edemete et de la Prodest Home dimanche, a déclaré que les deux opérateurs avaient bafoué un ordre de fermeture des hôtels.

Il a déclaré que des personnes ayant été testées positives au virus avaient été trouvées dans des hôtels à travers l’état. Mais il n’a pas dit si une personne ayant séjourné dans l’un ou l’autre des hôtels démolis avait testé positif au Covid-19.

Les directeurs des deux entreprises ont été arrêtés, mais le propriétaire de Prodest Home a nié que son hôtel était ouvert.

“L’hôtel ne fonctionnait pas et 70 % du personnel avait été renvoyé”, a déclaré Gogorobari Promise Needam à la BBC.

“Il n’y avait que trois personnes sur le site”.

“[Les fonctionnaires] sont venus et ont demandé un pot-de-vin, ils ont dit qu’ils nous laisseraient travailler si nous leur donnions de l’argent mais nous avons dit que nous n’étions pas en activité et que nous n’avions donc pas d’argent à donner,” a-t-il dit.

Le gouvernement de l’Etat de Rivers nie cette accusation. L’État compte actuellement 15 cas actifs du virus et a enregistré deux décès.

Une mesure d’isolement a été imposée sur la capitale de l’Etat, Port Harcourt, jeudi dernier.

Le Nigeria compte plus de 4 300 cas confirmés de coronavirus dans l’ensemble du pays, avec la capitale commerciale, Lagos, comme épicentre. Mais une mesure d’isolement qui avait été imposé là-bas, et dans certains autres États, à la fin du mois de mars, a été partiellement levé.

Des experts juridiques ont déclaré à la BBC que les actions du gouverneur de l’État de Rivers pourraient être contestées devant les tribunaux.

Mais le gouvernement de l’État affirme que M. Wike a signé un décret lui accordant le pouvoir de faire appliquer le confinement.

L’État a été critiqué pour ses règles strictes de confinement, qui a conduit à la fermeture des marchés et des lieux de vente de denrées alimentaires.

Des médecins, des pharmaciens et d’autres travailleurs essentiels ont également signalé qu’ils avaient été harcelés et, dans certains cas, arrêtés pour avoir enfreint les règles de confinement.

Les autorités ont érigé des barrières sur l’autoroute principale à sa frontière orientale pour faire respecter l’interdiction de voyager entre les États, accusant le personnel de sécurité de faire entrer clandestinement des personnes sous le couvert de l’obscurité.

Bbcafrique.com

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here