Destruction d’édifices privés : Kerfala Camara « KPC » et 2 officiers de la gendarmerie poursuivis en justice (le contenu de la plainte)

0
280

Le PDG du groupe GUICOPRES, Kerfala Camara « KPC » et deux officiers de la gendarmerie ont été l’objet d’une poursuite judiciaire par le collectif de 21 familles domiciliées au quartier Lambanyi dans la commune de Ratoma. Ce collectif, reproche à KPC et ses deux officiers de la gendarmerie (le colonel Mohamed Cissé CIBORG de l’escadron N2 de Hamdallaye et le lieutenant-colonel Aboubacar Sidiki Sylla de l’escadron N015 de kobaya) pour arrestation arbitraire, complicité de destruction d’édifices privés, et de stellionat.

Joint au téléphone, le porte-parole Issiaga Soumah, porte-parole des plaignants a rappelé d’abord les faits : « nous sommes des jeunes volontaires qui devraient être engagés dans les effectifs des forces armées au temps du Feu Général Lansana Conte. En attendant leur enrôlement dans les effectifs, le Feu General Lansana Conte avait décidé de les poster à Lambanyi pour veiller sur son domaine et la sécurité du quartier. Après son décès son fils ainés feu Colonel Ousmane Conté les a maintenus sur les lieux. Dans le but de les récompenser. Le Feu Colonel Ousmane Conté, les a gratifiés de six (06) parcelle dans leur domaine familial situé dans le secteur de Lambanyi Mosquée, quartier Lambanyi.

Ainsi, une attestation de cession fut établie dans ce sens par le feu Colonel Ousmane Conté à la date du 31 juillet 2010 devant la présidente du conseil de quartier d’alors Madame Fatou Bobo Doumbouya. Ce document a été librement signé par les parties, les témoins et visé par le Maitre Lanfia Kouyate, huissier de justice.

Dix (10) ans après cette cession, la propriété des plaignants est souvent troublée par le PDG de la société GUICOPRES.

Curieusement, dans la nuit du vendredi 07 août 2020 vers 21 heures, Mr Issa Soumah et Lamine Bangoura ont été illégalement et violemment arrêtés par l’escadron N2 de Hamdallaye et détenus pendant plusieurs jours à l’escadron N15 de kobaya et ce, sans aucune convocation préalable, encore moins une décision judiciaire ou un mandat du parquet.

Depuis lors, ils ont été strictement interdits par les forces de l’ordre d’accéder à leur domaine.

Le constat actuel est que Mr KPC a fait envoyer des machines bulldozers sur le domaine et a, détruit tout qui a été édifié par les plaignants sur ledit domaine. Ce qui constitue de fait de destruction d’édifice privés, de stellionat, de complicité et d’arrestation arbitraire.

Bolokada Sano

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here