Législatives 2020 : des partis politiques brisent le silence par rapport au non paiement des 30% de leur caution

0
200

Selon la loi, chaque parti politique ayant déposé sa caution de participation aux élections législatives doit avoir 30% de son montant déposé. Mais cette fois-ci, jusqu’à présent ces partis politiques candidats pour les législatives de 2020 n’ont reçu aucun frais de la part commission électorale nationale indépendante (CENI).Chose qui a amené certains de réclamer à l’institution en charge d’organiser les élections en Guinée.

C’était au cours d’une cours d’une conférence de presse tenue ce mercredi 29 janvier 2020 à Conakry. Il s’agit d’ADC-BOC, RRD, FIDEL, MPDG, UDIR entre autres.

Dans sa communication Dr Ibrahima Sory Diallo, président du parti ADC-BOC a souligné qu’ils ont constaté la lenteur dans le processus électoral. « Aujourd’hui nous constatons une lenteur dans l’évolution du processus, nous allons appeler la CENI à des explication de ce qui empêche l’évolution du processus. Nous allons également demander la CENI pourquoi il la lenteur sur le paiement des 30% de la caution versées par les partis politiques »

Selon lui, il était question que ce paiement soit automatique. «Il a été toujours question que ce paiement soit automatiques. Lorsque nous versons nos cautions, on nous retourne tout de suite les 30% qui vont nous permettre de commencer à faire la campagne. Aujourd’hui, il y a un silence total au niveau de la CENI. Nous avons rencontré le président de la CENI, nous l’avons posé la question, il nous a donnée raison, qu’il allait rencontrer le chef de l’Etat sur le sujet, mais jusqu’à présent aucune suite favorable. Nous avons prévu, après cette rencontre s’il n’y a pas de retour, nous allons revenir à la charge en passant par la de presse. Jusqu’à présent, nous n’avons pas encore appris la distribution des cartes électeurs, nous n’avons pas encore la formations du personnel électoral, et c’est ce qui fait que nous avons des inquiétudes », a-t-il dénoncé.

Concernant la proposition des religieux par rapport au report des élections, Dr Ibrahima Sory Diallo a déclaré que c’est trop tard. « Les religieux devraient commencer cette médiation depuis, s’ils ne l’ont pas fait, nous leur demandons de reconsidérer leur position.

Il a enfin promis d’assigner la CENI en justice en cas de report de ces élections législatives.

Barry

Facebook Comments Box

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here