Violences du 22 mars : un journaliste de guinée matin blessé

0
286

Les journalistes ne sont pas épargnés par les violences qui émaillent le contesté double scrutin législatif et référendaire de ce dimanche, 22 mars 2020, en Guinée. Un reporter de Guineematin.com a été blessé par des jeunes en colère à Sonfonia Gare 2, en haute banlieue de Conakry.

Mohamed Doré était en compagnie de quatre autres journalistes. Ils sont partis couvrir l’incendie d’un bureau de vote, situé au quartier Sonfonia Gare 2, dans la commune de Ratoma. C’est là qu’il a été agressé et blessé à la tête par des jeunes, surexcités.

« Quand on est arrivés sur les lieux, on a trouvé des jeunes qui sont regroupés autour du bureau de vote qui a été incendié. Puisqu’ils parlaient la langue maninka, on a décidé que moi, qui parle cette même langue, je m’approche d’eux pour essayer de savoir ce qui s’est passé.

Quand je me suis présenté à eux, l’un d’eux, qui tenait une barre de fer en mains, a commencé à me menacer. Immédiatement, un autre parmi eux s’est approché de moi, il a vérifié mon badge, puis il a pris ma main pour m’éloigner des jeunes qui voulaient s’en prendre à moi. Mais, le jeune qui tenait la barre de fer nous a poursuivis et il m’a frappé violemment à la tête, le sang a coulé. Je me suis enfui pour aller rejoindre les autres confrères, on s’est sauvés », a expliqué la victime.

Les autres journalistes ont accompagné leur confrère, blessé, dans une clinique pour des soins.

Source guineematin.com

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here