Depuis plus d’une semaine, une centaine de camions transporteurs guinéens sont bloqués aux différentes frontières de la guinée. Face à cette situation, la faitière patronale des transporteurs routiers de guinée poursuit des négociations avec le gouvernement et rassure leurs membres. L’annonce a été faite au cours d’une assemblée générale extraordinaire, tenue ce lundi 17 février 2020.

Le premier vice-président de la faitière patronale des transports  routières de Guinée, El hadj Ousmane Horoyah  Sylla a procédé au compte rendu de sa rencontre avec le ministère des transports.

Selon lui, cette réunion  était axée sur le blocus  qui existe aujourd’hui dans le secteur des transports des marchandises entre les pays voisins de la Guinée qui consiste à ne pas laisser passer les marchandises de ces pays voisins vers la Guinée sans contrôle sécuritaire. Le blocus ne signifie pas donc fermeture des frontières, c’est juste pour effectuer un contrôle de tous les camions stationnés aux frontières guinéennes, toute chose qui concerne tous les guinéens.

Ainsi, l’opinion a compris qu’il ne s’agit pas de la fermeture des frontières entre les pays voisins, comme on le dit actuellement, il s’agit plutôt d’un blocus momentané pour préserver  la sécurité des guinéens et de leur pays. C’est ce qu’a dit selon El hadj Ousmane Horoyah Sylla, le directeur général de la douane dont les agents sont sur le terrain pour ce contrôle sécuritaire.

Toujours est ’il que nous, syndicat des transporteurs nous nous remettons aux autorités du ministère des transports pour nous aider à en finir avec ce blocus qui nous empêche d’exercer notre travail qui nous permet de nourrir nos familles.

Barry