CGE- GUI : des acquis majeurs qui balisent le chemin vers l’Assemblée Générale Constitutive du Patronat Guinéen

0
102

A la prise du pouvoir par le CNRD, le 05 Septembre 2021, des journées de concertation ont été organisées, au cours desquelles le Président du CNRD, Président de la Transition le Général Mamadi DOUMBOUYA a présenté son programme de refondation de notre société. C’est dans ce contexte que les Organisations Patronales Nationales ont pris l’initiative de se concerter pour un terme à leur divergence et trouver les voies et moyens nécessaires à leur unification.
À cet effet, des Assemblées Extraordinaires de dissolution ont été organisées et le Protocole d’Entente de création de la Confédération Générale des Entreprises de Guinée a été signé par toutes les parties concernées. Sur la base du concensus, la CGE-GUI sera dirigée par Monsieur Ansoumane Kaba PDG de la société Guiter SA.

LE TRAVAIL D’ÉQUIPE LA CLÉ DE RÉUSSITE DE LA CGE-GUI: des résultats  inattendus obtenus.
Après 2 assemblées générales sous le leadership de Ansoumane Kaba à la tête de la CGE-GUI, les résultats de ces Assemblées ont été déterminants pour la promotion de la CGE-GUI. Il a permis la mise en place d’un Conseil Exécutif élargi avec une première composante de cinquante (50) membres. Il a été question de voter le budget de fonctionnement qui s’élevait à sept milliards de Francs Guinéens, de définir le montant de la cotisation annuelle des membres de la CGE-GUI qui était à cent millions de francs guinéens et de déterminer un plan d’action pour 2023. Il a également accéléré le processus d’élaboration des textes juridiques de l’organisation, revenir sur les activités réalisées, mettre en place les différentes commissions, décliner les prochaines activités à mener, mais aussi et surtout faire part du niveau d’avancement du Guinée Business Forum (GBF) pour ne citer que ceci.
Au cours de son mandat, le président du patronat guinéen et ses vices présidents ont apportés plusieurs réformes dans le secteur privé sous la facilitation du Chef de l’Etat le Général de Corps d’Armée Mamadi Doumbouya.

Parlant de ses actions depuis l’unification du patronat, Ansoumane Kaba a fait intégrer la CGE-GUI au sein du Conseil National du Dialogue Social CNDS qui est un organe national tripartite, composé des représentants du gouvernement, des organisations d’employeurs et des travailleurs les plus représentatives, en vue de promouvoir le dialogue social et de contribuer à la recherche de solutions appropriées aux problèmes du monde du travail.

LA CGE-GUI, PROMOTRICE DU TRAVAIL DÉCENT EN GUINÉE.
Dans le cadre de la promotion du travail décent en République de Guinée, le patronat a joué un rôle significatif dans la révision du code du travail. En tant que représentant des employeurs, il a activement participé aux discussions visant à moderniser le cadre législatif du travail. Ses interventions ont notamment porté sur la nécessité d’harmoniser les normes du travail avec les exigences du marché, tout en veillant à protéger les droits des travailleurs et à promouvoir des relations professionnelles équitables.
Parallèlement, la révision du code de la caisse nationale de sécurité sociale a également bénéficié de l’implication du patronat.
En collaborant avec les autorités compétentes, le patronat a contribué à l’amélioration des prestations sociales et à la promotion de l’accès à une protection sociale étendue pour les travailleurs guinéens. Cette démarche s’inscrit dans une volonté commune de garantir des conditions de vie décentes et de renforcer la cohésion sociale dans le pays.
Enfin, dans le domaine de la santé et de la sécurité au travail, le patronat a œuvré pour le renforcement des mesures de prévention des risques professionnels et pour l’amélioration des conditions de travail.
Avec le Conseil National de la Transition sur la loi L/2022/0010/CNT du 22 septembre 2022 portant Contenu Local entend fixer un cadre juridique aux projets d’investissements publics et privés pour mieux contribuer au développement de l’économie nationale et à l’amélioration des conditions de vie des populations locales.
Une rencontre de concertation entre la commission economique du CNT et les faitieres des organisations sociaux-economiques ( La CGE-GUI, l’APB, La CCIAG) a été organisée pour prendre l’avis desdites organisations sur le contenu du document.
Les acteurs économiques et sociaux ont apprécié la démarche et fournit au CNT, des informations aussi critiques que préoccupantes. Le Président de la Commission, après toutes les interventions est revenu sur chacune d’elles pour échanger avec les orateurs afin d’évaluer le niveau de compréhension mutuelle ; c’est au cours de cet exercice que les propositions suivantes ont été faites :

Pour le secteur privé :

Le retour à l’article 244 du code général des impôts concernant l’IMF ;
L’élaboration d’une nomenclature des obligations fiscales légales et réglementaires ;
L’arrêt des décisions administratives ou arrêtés conjoints visant l’augmentation des sources de revenus de l’Etat, non prévues par la loi donc une impasse pour le fonctionnement de l’entreprise
L’application du protocole d’entente entre le Ministère des Finances et la Fédération des Transporteurs d’hydrocarbures, concernant le paiement de la TVA et les procédures de recouvrement ;
Trouver une solution satisfaisante aux inextricables contentieux financiers entre les opérateurs économiques et les banques ;
Enfin la prise en compte effective des propositions contenues dans le discours prononcé par le Président de la CGE-GUI lors de la présentation officielle du Document de Programmation Budgétaire Pluriannuelle.

Pour les secteurs sociaux :

La mise à jour des textes   pour une meilleure évaluation de la représentativité des ONG et la problématique de leur financement pour faire allusion aux subventions de l’Etat ; et à la très courte durée des agréments délivrés par le MATD ;
L’organisation du transport routier et des voiries urbaines ainsi que la construction des maisons à loyer modéré ;
L’implication de la Société Civile dans l’élaboration ou dans l’exécution des politiques publiques dont la lutte contre la corruption et contre les causes de l’inflation liées au manque de civisme et de loyauté vis-à-vis de nos compatriotes ;
Le regain d’intérêt pour les aéroports régionaux ;
La construction des entrepôts dans les milieux ruraux pour la conservation des produits agricoles
Le bitumage de la route N’Zérékoré-Yomou;
La construction des villages artisanaux et la lutte contre les contrefaçons de nos produits artisanaux ;
La formation des groupements de femmes en matière de protection de l’environnement et leur initiation à l’utilisation du gaz butane.

LA CGE-GUI, ATTENTIVE AUX PREOCCUPATIONS DES ENTREPRISES ET DU POUVOIR PUBLIC.
Sur le plan du régie financier, la Confédération Générale des Entreprises de Guinée (CGE-GUI) sous le magistère de l’équipe de Ansoumane Kaba a joué un rôle crucial en exprimant son inquiétude et son désaccord concernant l’augmentation spectaculaire de l’Impôt Minimum Forfaitaire (IMF) par le Gouvernement, sans préalablement consulter le secteur privé. Cette mesure, qui a vu l’IMF augmenter de plus de 300%, a eu un impact significatif sur les entreprises guinéennes, en particulier sur les Petites et Moyennes Entreprises (PME).
La CGE-GUI a, à cet effet souligné l’importance de la consultation et de la collaboration entre le gouvernement et le secteur privé pour garantir des politiques fiscales justes et équilibrées, qui favorisent le développement économique et la croissance des entreprises.

LA CGE-GUI DÉVELOPPE UN PARTARIAT GAGNANT GAGNANT AVEC L’ETAT
La CGE-GUI continue de s’engager activement avec les autorités gouvernementales pour rechercher des solutions mutuellement bénéfiques et équilibrées concernant l’IMF et d’autres questions fiscales d’intérêt pour le secteur privé. En tant que voix des entreprises guinéennes, la CGE-GUI reste déterminée à promouvoir un dialogue constructif et une collaboration efficace entre le gouvernement et le secteur privé, dans le but de créer un environnement propice aux affaires qui favorise la croissance économique et le développement durable.

UNE DIPLOMATIE ÉCONOMIQUE INNOVANTE
Avec la CGE-GUI, la Guinée intègre les grandes instances des investu monde
Sur le plan international  » le patron des patrons  » Ansoumane Kaba Guiter a rehaussé le patronat guinéen à l’international et a participé à toutes les rencontres des hommes d’affaires du monde. Il est parvenu à créer des ponts et lever les barrières règlementaires afin de favoriser davantage les échanges commerciaux et les flux économiques entre la Guinée et les autres pays du monde.
Il faut noter que depuis cette équipel dirige cette structure, la Guinée a retrouvé sa place dans le monde de l’entrepreneuriat et il compte aller très loin avec sa vision de refonder le secteur du patronat guinéen.

PERSPECTIVES :
o –  Tenue imminente de l’Assemblée Générale Constitutive (AGC) ;
o –  Mise en place des organes de gouvernance et de gestion de la CGE-GUI ;
o –  Elaboration d’un plan stratégique quinquennal.

Bolokada  Sano

Facebook Comments Box

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here