NEGOCIATIONS SLECG: les parties s’accordent sur les préalables

0
442

Ça y est. Les négociations peuvent enfin commencer entre le gouvernement et le Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG). La rencontre d’hier qui aura duré 8 heures d’horloge, a permis aux deux parties de s’entendre sur les 8 préalables dont l’évacuation était la condition à satisfaire avant le démarrage du dialogue proprement dit autour des 8 millions. Les véritables discussions vont donc commencer ce lundi. En attendant, les négociateurs de la partie syndicale iront rendre compte à la base.  

« Nous pouvons dire que les lignes ont bougé parce que nous nous sommes écoutés et nous avons échangé sur les grands problèmes qui nous interpellent (…). Il y avait des préalables au nombre de huit  qui ont été purgés de façon responsable de part et d’autres », s’est réjoui Mounir Camara, conseiller politique chargé du dialogue social et du renforcement de l’Etat de droit auprès du premier ministre.

Quant à la suite des discussions, il se veut prudent. « Le gouvernement prend acte de la volonté d’ouverture d’un couloir de négociations sur le sujet (des 8 millions, ndlr). Mais nous nous abstenons de donner une position définitive sur le sujet puisqu’il s’agit d’ouvrir un couloir de négociations et ce sont ces négociations qui vont déterminer les solutions pour de part et d’autre », confie-t-il.  Cependant, il donne des indices quant à la position du gouvernement: « Pour l’augmentation de salaire, comme partout dans le monde, il y a des critères. Le budget est annuel, on ne peut prévoir de dépenses sans prévision de recettes».

Du côté du syndicat, Oumar Tounkara a admis que les préalables « ont été évacués un à un« . Mais il se garde de crier victoire. « Nous attendons dans les jours prochains les actes qui sanctionnent la satisfaction de ces préalables».

Par ailleurs, Oumar Tounkara a tenu à faire remarquer que le problème de fond demeure et que le spectre de la grève n’est pas tout à fait écarté. « Si dans le cadre du couloir de négociation dont on parle, les 8 millions ne sont pas obtenus et qu’aucune proposition ne nous est faite dans ce sens, d’ici le 3 octobre, c’est-à-dire d’ici le 2 octobre 2018 à minuit, la grève sera engagée », martèle-t-il.  

A rappeler que les préalables qui ont fait objet d’entente étaient les suivants:

  • la non ingérence de l’administration dans les affaires syndicales,
  • le paiement des 40% aux enseignants admis à faire valoir leur droit de retraite en décembre 2017,
  • l’engagement de 10 homologues de Kindia,
  • le reclassement et la prise en charge financière des enseignants qui ont fait le concours d’intégration à la hiérarchie A,
  • le deuxième certificat,
  • la poursuite de ceux qui ont vandalisé le siège du SLECG,
  • la bancarisation,
  • le virement du salaire des nouveaux fonctionnaires.

Ledjely.com

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here