Politique : Un jeune militant de l’UFDG activement rechercher par les forces de l’ordre

0
523

Apres les résultats provisoires du 11 Octobre 2015, plusieurs jeunes militants du principal parti de l’opposition de la Guinée (UFDG) ont été arrêtés par la gendarmerie et enfermé dans des différentes casernes de la ville, notamment celle d’un membre influent de la jeunesse de l’UFDG de la section du quartier Hamdalaye précisément au secteur 4.

 Contacter par notre rédaction, un membre de la famille, nous a tout d’abord affirmé que depuis, qu’après l’élection du Pr Alpha Condé pour son deuxième mandat, Mamadou Bassirou Barry, marié et père de deux enfants, et membre influent de la Jeunesse du  L’Union des Forces Démocratique de Guinée (L’UFDG).  Depuis qu’il a été élu au poste de secrétaire à l’organisation et à l’implantation, il a commencé à subir des menaces d’intimidation et de mort. « Il fut arrêté pour la première fois le 27 février 2013 par des gendarmes à Conakry lors de la manifestation organisée par le collectif de l’opposition pour la finalisation de la transition et l’alliance pour la démocratie et le progrès pour exiger le départ de Way Mark et pour réclamer la participation des guinéens de l’étrangers au vote », nous a-t-il expliqué.

Et d’ajouter : « un jour, il s’est confié a moi en me disant que ces actions l’ont conduit en prison, pendant 35 jours il a subi des tortures, des violences, suivi des interrogatoires musclés et des injures avec d’autres militants qui se trouvaient dans la prison. Il a été libéré après l’intervention de son parti par négociation moyennant le versement d’une grosse somme d’argent», a-t-il ajouté le témoin sous l’anonymat.

Par la suite, après avoir organisé un match de gala le 14 Août 2016 pour motiver les militants et sympathisants à répondre massivement à l’appel de l’opposition. Le lendemain, 15 Août 2016 à midi les militaires en tenus se sont introduits chez lui, ils l’ont tabassé et ont violés sa femme en sa présence.  Ils l’ont arrêté, puis attaché et mis dans le coffre d’une voiture et conduit au Pm 3 de Matam, après des exactions inhumaines pour reconnaître des faits qu’il n’a pas commis, il a été transféré  à la maison centrale de Conakry sans jugement.

« Quelques temps après, les militaires ont fait une descente musclée dans la famille de Mamadou Bassirou Barry et ils ont arrêté son frère tout en menaçant toute la famille s’ils ne disent pas où se trouve Mamadou Bassirou Barry. De menace en menace, la famille a fini par déménager. De nos jours personne ne sait où ils sont parti et on se demande si Mamadou Bassirou vit ou s’il est mort, seul Dieu sait », a-t-il conclu.

De son coté, le Secrétaire Général de l’UFDG de la Fédération de Ratoma, affirme être choqué du fait que des hommes armés puissent venir arrêter les militants du parti sans convocation. Il a rappelé que le harcèlement de la part de la gendarmerie dont  est victime Mamadou Bassirou Barry, est une atteinte au droit de l’homme.

Il faut noter que les forces de l’ordre ont toujours continué à déporter et  intimider les militants et sympathisants de l’opposition dans un grand silence du Président de la République et de son gouvernement.

Kadiatou Yansané

 

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here