Un magistrat Guinéen déloge une dame après avoir l’exploité pendant 30 ans

0
498
SONY DSC

C’est aux environs de 6h du matin le mercredi 13 juin 2018 que la famille de Marie Diawara, une infirmière d’État à la retraite, a été délogée des lieux qu’elle habitait depuis 1988. L’acte s’est passé au quartier Koloma 1 mosquée centrale dans la commune de Ratoma.

Selon la victime, ce délogement est l’œuvre d’un certain André Safela Leno, magistrat de profession avec qui elle a fait un enfant et depuis, elle vit avec lui. Ce dernier, nous apprend-on dans la famille, est le jeune frère de l’ex-époux de la dame qui a divorcé d’avec elle pour avoir fait cet enfant avec son frère de lait.

« C’est vers  six 6 heures du matin lorsque ma fille a ouvert la porte de la maison,  que j’ai entendu les cris dégagez, sortez, je suis sortie et j’ai vu les loubards et des policiers. Ces loubards sont rentrés chez nous pour faire sortir nos objets  au-dehors et ils ont même condamné  la porte, par la suite ils m’ont dit de quitter sur les lieux  soi-disant que c’est la justice qui leurs envois.   C’est le père de mon fils le magistrat  André Safela Leno,  il m’a pas marié on est  resté  durant  32 ans qui ont envoyé ses policiers et ses loubards pour nous faire sortir par la force.

Comme il est magistrat pour lui tout est permis  paraît-il même qu’ils sont est venus avec un de ces fils selon nos voisins mais je lui ai pas reconnu. J’ai crié sans cesse laisser moi dormir je suis cardiaque.

J’ai occupé cette  maison durant 8 ans après on s’est rencontrés, je l’ai convaincus d’acheter cette maison. Ensuite la maison a été achetée on a même partagé les colas aux voisins.  il m’a dit qu’il a acheté pour moi et c’est moi qui détenais ces documents. Un jour il m’a demandé de lui remettre   les documents en me disant qu’il veut montrer à son père, car selon lui son père aussi voulait qu’il achète  cette maison pour moi et son enfant, depuis lors je n’ai pas vu les papiers. Lorsqu’il y a eu l’entente entre nous je lui ai demandé les documents il m’a répondu si je n’ai  pas confiance en lui,  mais comme il est magistrat donc pour moi, il n’est pas question de douter»

« Ici c’est chez moi car il a acheté le domaine pour moi et m’a exploité pendant plus de 30 ans. J’exige un dédommagement. Je  demande aux autorités de rendre justice et de dédommager  purement et simplement car je suis complètement sans abri. Je demande à toutes les personnes sensibles à la souffrance d’une femme de m’aider à ce que André Safela Léno me dédommage parce qu’il m’a mis à nu aujourd’hui », a lancé l’infirmière à la retraite.

Interrogé sur les lieux Mr Mansaré Joseph Tamba  frère de la victime témoigne les circonstances dans lesquelles s’est déroulé ce conflit. «  C’est une humiliation qu’il a subie  a ma sœur, ensuite un abus de pouvoir  ou de fonction comme il est magistrat. Les papiers même qu’ils ont envoyé qui stipule qu’il a gagné le procès c’est un faux papier  ma sœur n’a jamais comparu devant une juridiction  pour cette affaire », a-t-il regretté.

De son coté, le témoin Pasteur Jean Fodé Bangoura église  M’Bemba  ouvrest de Guinée à Koloma  très remonté et choqué  contre André Safela Leno a dit ceci : «  il a mis cette femme à nue, quelle que soit  la cause il ne devrait pas lui faire ça.  C’est cette dame même qui avait soutenu André Safela Leno dans ces études  et  lorsqu’il avait acheté le  terrain avec le concours et la contribution de cette Dame. Elle est venues nous annoncés même à l’Église,  elle dit qu’André à acheter  le terrain pour moi et mon enfant on a prié pour eux. Vraiment nous sommes déçus aujourd’hui », a-t-il dit.

Ousmane Baga Conté

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here